MoMu voyage à Paris

L'image de la campagne d'exposition montre les matériaux d'empaquetage orange de la maison de couture Hermès qui contraste avec les boites blanches iconiques de Maison Martin Margiela.
Robe du soir confectionnée à partir de trois anciennes robes de mariée, portée sur un pantalon de marié en laine. Martin Margiela a présenté cette silhouette dans sa collection Automne-Hiver 2005-2006. Blouson à manches amples en cachemire double-face, pull sans coutures en cachemire à manches chauve-souris, pantalon en sergé de poil de chameau. Trench transformable en gabardine de coton, pull sans manches en cachemire et soie, pantalon en laine, foulard "Losange" en crêpe de soie.

Suite au succès de l'exposition qui a attiré plus de 60.000 visiteurs, "Margiela, les années Hermès" se rend à Paris pour être présentée au Musée des Arts Décoratifs (MAD), la prestigieuse maison de mode du musée du Louvre. 

Description de l'exposition

La collaboration de Martin Margiela avec la maison française Hermès forme le point de départ de l’exposition "Margiela, les années Hermès". De 1997 à 2003, il y a été responsable du prêt-à-porter féminin.

Pour Hermès, Martin Margiela a développé sa vision autour d’une femme réelle: non pas l’image idéale de jeunesse éternelle, mais une femme vraie, naturelle et mature. Il a élaboré pour elle une garde-robe évoluant lentement mais constamment et dont le confort, la qualité extrême et l'intemporalité sont les piliers. Il a présenté ses collections sur des femmes aux âges et aux physiques différents. Au lieu de contraindre, sa mode s’est adaptée à celle qui la portait. 

L’exposition présente non seulement son travail pour Hermès mais approfondit aussi sa propre marque, Maison Martin Margiela. L’oeuvre de Margiela repose sur sa grande connaissance et son profond respect pour le passé, ainsi que son amour particulier pour le métier de tailleur. L’artisanat, le savoir-faire et la création sont les fondements de sa vision qui, à l’époque et encore aujourd’hui, offre un exemple à un système de la mode de plus en plus sous pression

L’exposition au MoMu présente une ample garde-robe où les deux mondes du créateur Martin Margiela entrent en dialogue et en confrontation. Chez Margiela, deux mondes contradictoires à première vue, la mode de luxe et celle d’avant-garde, finissent par s’unir en une seule vision dans laquelle les idées et concepts des collections et des saisons sont repris, réinterprétés et même affinés. 

Plus d'information

En avril 1997, la Maison Hermès annonce l'arrivé du créateur belge Martin Margiela au poste de directeur artistique pour le prêt-à-porter féminin. Hermès crée la surprise en faisant appel à un créateur iconoclaste, qui souhaite rester anonyme et n’a jusqu’alors jamais accordé le moindre entretien. 

Deux silhouettes de Martin Margiela, à gauche une pour sa propre maison et à droite une pour Hermès. Les deux silhouettes ont une encolure en V profond, la soi-disant vareuse, inspirée du vêtement de marins.
Gauche: Maison Martin Margiela, automne-hiver 1996-1997. Droite: Martin Margiela pour Hermès, automne-hiver 1998-1999.
Gauche: Anders Erdström. Droite: Studio des Fleurs.

Martin Margiela reçut son diplôme de mode en 1980, à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers. En 1984 il commença en tant qu'assistant de Jean Paul Gaultier à Paris, jusqu'à ce qu'il fonde sa propre marque : Maison Martin Margiela, avec Jenny Meirens, en 1988.

Avec ses collections conceptuelles, sa prédilection pour la déconstruction et les matériaux de récupération, ses défilés dans des endroits insolites et sa communication unique en son genre, il est devenu l'un des créateurs les plus emblématiques de sa génération. Depuis la création de sa maison en 1988, il ne s'est jamais montré en public. Il n'a même jamais donné d'interview personnelle. Les réponses aux demandes des journalistes se faisaient exclusivement par fax, toujours à la première personne du pluriel, en hommage au travail d'équipe derrière chaque création et comme un rejet catégorique du culte de la célébrité qui régnait sur le monde de la Mode des années 1990.

Lors des défilés et reportages photo de la Maison Martin Margiela, le visage des mannequins était souvent rendu incognito, par un voile, un maquillage ou une coiffure. Sur les photos des look-books, un trait noir ou blanc couvrait les yeux et soulignait l'anonymat. Par cet usage, la Maison Martin Margiela souhaitait mettre plutôt l'accent sur la création que sur la personnalité du créateur ou des mannequins. La même philosophie s'appliquait à d'autres éléments, comme l'étiquette. Entièrement blanche, juste cousue au vêtement par quatre points blancs, elle deviendra finalement la réponse la plus emblématique face à l'obsession du logo dans la mode des années 1990.

L'exposition "Margiela, les années Hermès" de MoMu voyage à MAD Paris

L'exposition "Margiela, les années Hermès" de MoMu voyage à MAD Paris
MAD Paris

Toute l'oeuvre de la Maison Martin Margiela questionne le systême qui sous-tend la mode et sa perpétuelle obligation de renouvellement. Margiela choisit le blanc comme sa couleur maison, alors que le noir et le gris béton régnaient. Le blanc est d'ailleurs la couleur où les traces du temps s'impriment le plus vite. 

À la tête de l'expo
Commissaires de l’exposition: Marie-Sophie Carron de la Carrière et Kaat Debo | Direction artistique: Martin Margiela | Scénographe: Bob Verhelst

Cette exposition a été créée et présentée par le MoMu - ModeMuseum Anvers du 31 Mars 2017 au 27 Août 2017.