From

P.LACE.S - Regards entrelacés sur la dentelle anversoise

L’exposition ‘P.LACE.S –Regards entrelacés sur la dentelle anversoise’ met en lumière le rôle important qu’a joué la ville dans la production et le commerce de la dentelle. Le MoMu traite ce sujet par le biais d’un parcours d’exposition qui relie cinq sites dans la ville

Used for accessibility purposes.

  • Tarifs

    Adulte: € 12
    Jeunes de 18 à 26 ans: € 8
    - de 18 ans: entrée gratuite

  • Billet d'entrée

    Visitez toutes les expositions du MoMu avec un seul billet

Description of the exhibition

‘P.LACE.S’ noue un dialogue unique entre l’artisanat historique et la mode actuelle et éclaire les liens étroits que la ville a tissés avec la dentelle. C’est un jeu visuel entre passé et présent et l’occasion pour le MoMu de présenter des pièces de collection internationales inédites en Belgique.

Plus d'infos

De la moitié du 16e siècle à la moitié du 18e, Anvers joua un rôle prépondérant dans la fabrication et la distribution de dentelle, sans pour cela que la ville donne son nom à un type particulier de dentelle. Le sens des affaires des hommes d’affaires anversois de l’époque les poussait davantage à produire et vendre des dentelles de diverses qualités pour répondre aux goûts de leur clientèle et à s’adapter aux besoins spécifiques des marchés étrangers. L’absence de marque ‘dentelle d’Anvers’, contrairement à Bruxelles, Bruges et Malines, est une des raisons pour lesquelles les ouvrages de référence sur la dentelle ne mentionnent la ville d’Anvers que de manière marginale.

Gauche: Olivier Theyskens, A/H 1998-1999, droite: Dentelle aux fuseaux brabançonne, la collection du MoMu
gauche: Olivier Theyskens, A/H 1998-1999, droite: Dentelle aux fuseaux brabançonne, la collection du MoMu
gauche: Julien Claessens & Thomas Deschamps, droite: Stany Dederen

DIVERSES DENTELLES D’ANVERS

‘P.LACE.S’ s’intéresse aux aspects socio-économiques et artistiques de la dentelle produite et vendue à Anvers. Le MoMu a réuni pour cette exposition des dentelles, des tableaux et des archives venant d’Europe et des États-Unis – la dentelle flamande est particulièrement présente dans des collections prestigieuses, du Metropolitan Museum of Art à New York au Victoria & Albert Museum de Londres – et les replacent dans leur contexte, montrant ainsi l’omniprésence de la dentelle dans les tenues vestimentaires, les intérieurs, les églises. Le rôle des femmes dans la production et le commerce de la dentelle est un autre aspect traité par l’exposition. Le MoMu retrace cette riche histoire de la dentelle en dialogue avec des créations contemporaines faisant souvent appel à la haute-technologie.

Les ‘places’ (lieux) historiques où se déroule l’exposition ont un lien souvent méconnu avec la production de dentelle. Au Musée Plantin-Moretus par exemple, dont les archives sur le commerce de la dentelle figurent parmi les plus anciennes au monde, et la Maison Snijders&Rockox, l’exposition expose des pièces de dentelles exceptionnelles et des créations contemporaines dans des décors à haute valeur historique.

  • Coverlet in bobbin lace, Brussels type, MoMu Antwerp long-term loan from King Baudouin Foundation
    1/2
    Stany Dederen
  • Coverlet in bobbin lace, Brussels type, MoMu Antwerp long-term loan from King Baudouin Foundation
    2/2
    Stany Dederen

Des interventions sur deux sites d’exposition

Le MoMu a demandé à SHOWstudio, la plateforme numérique du photographe de mode Nick Knight, de faire des interventions sur deux sites d’exposition. SHOWstudio a produit un film poétique pour l’église Saint-Charles-Borromée, qui renferme la plus importante collection de dentelles des 17e et 18e siècles à Anvers. À la Maagdenhuis, où les orphelines apprenaient autrefois la couture et la dentelle, l’exposition tente de faire des parallèles entre les techniques historiques et actuelles. Au MoMu, l’exposition illustre les aspects tendance de la dentelle. Le visiteur y trouvera des exemples d’utilisation de la dentelle sur divers types de vêtements et accessoires. Il apprendra également comment des stylistes du moment expérimentent avec la transparence en faisant appel à l’impression 3D et la coupe au laser. Il regardera peut-être d’un œil nouveau des stylistes et maisons de confection comme Iris van Herpen, Azzedine Alaïa, Chanel, Prada et Louis Vuitton, qui n’hésitent pas à appliquer les techniques nouvelles pour explorer les frontières conceptuelles de la dentellerie.

gauche: MoMu Collection B20/GV025, droite: Azzedine Alaïa, P/E 2014
gauche: Stany Dederen, droite:: Andrea & Valentina

Avec notamment des prêts de: Centraal Museum Utrecht, Chanel, Cooper Hewitt Smithsonian Design Museum, Dior Heritage, Fashion Museum Bath, FelixArchief, Stad Antwerpen, Fondation Azzedine Alaïa, Fries Museum, Gucci, Iris van Herpen, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen, Kunstmuseum Den Haag, Louis Vuitton, Manchester Art Gallery, Marios Schwab, Musée de la Visitation, Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis, Olivier Theyskens, Onze-Lieve-Vrouwekerk Sint-Truiden, Prada, Rijksmuseum, Simone Rocha, Sint-Gummaruskerk Lier, The Bowes Museum, The Metropolitan Museum of Art, Undercover, V&A…

L’exposition va de pair avec la parution de l’ouvrage ‘P.LACE.S – Looking through Antwerp lace’ publié par Lannoo, en deux langues (néerlandais, anglais).

People involved in the project:
Recherche et concept: Frieda Sorber
Commissaires: Kaat Debo, Wim Mertens, Romy Cockx
Scénographie: Ania Martchenko

Plus d'expositions du MoMu à voir

En plus de 'P.LACE.S - Regards entrelacés sur la dentelle anversoise', MoMu propose deux autres expositions qui seront présentées lors de la réouverture: 'E/MOTION. Mode en transition' et 'Présentation de la collection - La mode dans la collection du MoMu'.